Stress chronique en milieu professionnel: apprendre à gérer son stress.

Auteurs(s) : Viviane Saive

Depuis quelques temps, vous n’arrivez pas à trouver le sommeil tant vous êtes stressé. Les images de la journée de travail défilent en boucle: la dispute avec votre chef(fe) dès le matin ; à midi vous êtes à la limite d’une crise de nerfs car vous êtes dépassée par la charge de travail ; l’après-midi vous avez envie de pleurer tant la tension est devenue insupportable.

Malgré vos efforts, il semble que tout vous dépasse. Vos recettes habituelles anti stress ne fonctionnent plus et vous ressentez diverses douleurs liées au stress : oppression dans la poitrine, maux de tête, nausées, sueurs, tremblements, fatigue extrême. Vous avez l’impression de ne plus être vous-même et vous vous demandez même ce que vous faites dans ce poste de travail. Ces symptômes du stress doivent vous alerter car, comme 24% des salariés, vous êtes probablement atteint de stress professionnel chronique.

Le stress, cette sensation excitante avec sa montée d’adrénaline est, en temps normal, une réaction bénéfique car elle répond à une urgence : on a l’impression d’être dans le mouvement, dans l’action, on peut se mesurer à soi-même, exceller et en être fier. Ca fait partie du job, du bon boulot.

 

Stress définition

Selye est le premier à avoir décrit ce processus de réaction face à un élément stressant :

  • une phase d’alerte ou le corps tout entier se met soudainement en tension face à un événement pour se préparer à réagir au mieux : accélération cardiaque, mise en tension des muscles, afflux de sang vers le cerveau etc
  • une phase de résistance: on puise dans ses réserves physiques et psychiques pour répondre de manière appropriée à la situation. Cela demande un effort intense car il faut faire vite et bien puisqu’on n’a pas droit à l’erreur. Cette étape peut durer de quelques secondes à plusieurs minutes
  • une phase d’épuisement suite aux efforts physiques et psychiques fournis : la période critique étant passée, la fatigue du stress se fait sentir soudainement et le corps réclame une pause. Cette phase est indispensable à la récupération et au renouvellement des capacités de réponse.

 

Effets du stress sur la santé physique et psychique

Dans certaines situations de travail, la phase dite de résistance peut être prolongée de plusieurs heures, voire plusieurs jours, lorsque la personne est constamment exposée aux éléments stresseurs. Elle n’a pas assez de périodes de répit afin de pouvoir recharger ses batteries et, de manière insidieuse, ses ressources physiques et psychiques s’amenuisent.

La personne stressée essaie de trouver des parades pour changer la situation mais ses stratégies ne fonctionnent pas dans une organisation du travail qui demande toujours plus avec toujours moins de moyens : surcharge de tâches, pression de temps car tout est pour hier, peu de marges de manœuvre, manque de soutien des collègues ou de sa hiérarchie, absence de reconnaissance réelle, vie privée négligée à cause du travail, le tout couronné parfois par une insécurité de l’emploi. Cette situation peut amener à un stress chronique, parce qu’elle se répète sans fin.

Quels sont les symptômes physiques du stress ? C’est souvent le corps qui lâche le premier car il est littéralement débordé par l’intensité des efforts demandés sur le long terme : l’être humain n’est biologiquement pas programmé pour une phase de résistance au stress en continu... Les signes apparaissent progressivement avec une intensité variable, selon les personnes : hypersensibilité, angoisses, nervosité parfois extrême, agressivité, hyperactivité, maux de tête persistants, essoufflements, perte du sommeil, de l’appétit ou de la libido, difficultés de concentration, baisse de la créativité, faiblesse extrême…

Ces signes de fatigue participent à l’émergence de symptômes psychiques: on a parfois du mal à se reconnaître, on ressent un mal-être croissant, on est négatif sur tout et parfois même on ne sait plus bien ou on en est. On a plus de mal à supporter les autres, les problèmes relationnels se multiplient et parfois, on préfère même s’isoler.

Certains vont faire appel à des « béquilles » pour contrecarrer ces symptômes du stress et continuer à faire face au travail malgré tout : excitants (vitamines, dopants), sédatifs (somnifères), alcools, drogues, sport à outrance, hyperactivité avec contagion à la vie privée. Malheureusement, ces substances et comportements participent au maintien d’une situation délétère puisque la personne se voile la face et ne prend pas le recul nécessaire pour trouver une solution pérenne. Ils ne feront qu’aggraver les effets du stress, notamment à cause des effets secondaires : dépendances, activités chronophages, accroissement de la fatigue…

Si les facteurs de stress perdurent encore dans le temps, les symptômes physiques et psychiques vont s’accentuer jusqu’à atteindre durablement la santé des victimes, parfois de manière grave: troubles musculo-squelettiques, maladies cardio-vasculaires, hypertension artérielle, anxiété, dépression.

 

Qui est concerné par le stress chronique?

D’aucun vont affirmer que seuls les plus faibles craquent au travail face au stress chronique car ils ne sont pas « résistants ». C’est un discours qui a la vie dure dans les entreprises et à tous les niveaux de la pyramide !

Or, nous avons tous en commun ces systèmes réactionnels archaïques face au stress. C’est dire que même les plus braves ou les plus expérimentés peuvent souffrir intensément des symptômes liés au stress professionnel chronique. Les seuils ou les effets pathogènes du stress peuvent être différents selon les individus, selon leur histoire et leur environnement actuel. Néanmoins, personne n’est à l’abri des effets du stress chronique notamment lorsque les efforts consentis pour le travail ne sont plus assez reconnus.

 

Les causes du stress chronique

La reconnaissance est une des clés du maintien d’un l’équilibre psychique indispensable pour les individus en activité. Elle prodigue une compensation psychique en période de stress intense car elle donne un sens aux efforts fournis. Le sens permet d’intégrer les difficultés traversées et de développer l’identité professionnelle, ce que chaque individu recherche in fine au travail. La reconnaissance, aussi bien financière que symbolique, ne sera cependant pas suffisante à elle seule sur le long terme.

L’organisation du travail doit être adaptée afin de permettre aux personnes de trouver des périodes d’accalmie dans l’activité afin qu’elles puissent travailler régulièrement avec une intensité moindre, se régénérer pour rebondir plus sereinement et efficacement face au prochain pic de stress.  Mais il n’est pas toujours aisé de faire entendre à sa hiérarchie le bien-fondé d’une transformation des procédures et des façons de travailler. Cela peut prendre du temps et surtout une créativité qu’on n’est pas toujours en mesure d’avoir lorsqu’on fait face à d’autres impératifs. Les personnes hyper-stressées ne peuvent parfois attendre cette prise de conscience collective.

 

Comment soigner le stress ?

Il n’existe pas de traitement du stress en pilules : celles-ci ne font que masquer les symptômes physiques du stress sans en modifier les sources.

Il faut donc mettre en place des techniques qui vont vous aider à comprendre et contrecarrer les sources de votre stress chronique. Le psychologue du travail vous soutient dans ce processus. Il vous accompagne dans la mise en mots de votre histoire personnelle, des particularités de votre environnement professionnel et des ressources dont vous disposez.

Cela peut prendre la forme d'activités à effectuer, parfois en dehors des séances. Par exemple, la mise en place d’un Carnet du Stress : on travaille sur 1 symptôme lié au stress et vous faites une « pause sur image » quand il apparait. Vous notez la situation et les personnes qui y ont pris part, vos symptômes, sensations et sentiments, réflexions. Le tout est ensuite décortiqué en séance afin que vous puissiez trouver les moyens de modifier le système en place, les croyances et les comportements qui vous empêchent d’agir.

Une autre méthode, celle du Sosie, consiste à placer le psychologue « dans votre univers » et vous permet de prendre conscience de vos atouts et compétences personnelles, d’éclaircir vos attentes professionnelles et de trouver de nouvelles pistes d’actions qui vont modifier les sources de votre stress chronique.

En plus du travail introspectif, le psychologue va également vous conseiller sur diverses techniques afin d’apaiser les effets du stress: techniques comportementales ou relationnelles, communication, relaxation etc.

Votre mieux-être professionnel est un travail d’équipe et vous n’êtes plus seul(e).

 

Prendre RDV avec Viviane Saive, psychologue du travail, auteur de l'article