Les relations humaines nécessitent des compétences sociales qui s'acquièrent toute la vie !

Les relations humaines sont essentielles. L’Homme n’est pas fait pour vivre seul. Il a besoin de ses semblables pour venir au monde, se développer, se connaître, aimer, se sentir aimer, être heureux... C’est la condition du genre humain. Libre à chacun d’en faire ce qu’il veut. Et c’est justement ce qui fait que les relations humaines sont souvent complexes et parfois compliquées. La volonté d’être ensemble n’est pas une assurance contre les conflits. Ceux-ci sont inhérents aux rapports humains, mais leur gestion est tout sauf naturelle. Pour autant, l’enlisement, la fuite en avant, la rupture des relations ou la surenchère conflictuelle sont-ils nécessaires ou inévitables ? Comment dépasser les conflits et continuer à avancer ensemble ? Quand doit-on décider de mettre un terme à une relation ?

Le besoin de relations est naturel et humain

L’Homme est un être social et relationnel. Son cerveau est biologiquement et neurologiquement constitué pour se développer en relation avec d’autres cerveaux humains, pour communiquer et entrer en empathie avec autrui. Il a un besoin primordial d’être en relation avec ses semblables.

Dès la naissance l’enfant est entièrement dépendant d’au moins une personne (sa mère et/ou son père, biologiques ou adoptifs, ou tout autre personne) qui prend soin de lui de façon cohérente et continue et avec laquelle il va instinctivement développer une relation d'attachement à mesure qu’elle satisfera ses besoins physiologiques, affectifs et de sécurité. Cette personne deviendra ainsi une figure d’attachement qui sera utilisée par l’enfant comme « base de sécurité » pour explorer le monde, se développer psychologiquement et socialement, en sachant qu’il pourra revenir vers elle à tout moment et en toute circonstance (fatigue, stress, anxiété, peur, frustration, échec,…) Peu à peu, en grandissant, au gré des interactions qu’il aura avec sa ou ses figures d’attachements, l’enfant va développer sa manière d’être et de réagir en société. Les réponses qu’il recevra à son comportement influenceront et structureront ses sentiments, ses pensées et ses attentes par rapport aux relations humaines (en famille, en amour, en amitié, au travail, etc.)

L’art des relations interpersonnelles s’acquière

Les relations interpersonnelles sont loin d’être faciles. Elles nécessitent de nombreux efforts et l’acquisition de compétences sociales et relationnelles dédiées, sans lesquelles il est difficile de nouer et d’entretenir des relations saines et satisfaisantes. L’enfance et l’adolescence sont des périodes clés pour l’apprentissage des relations humaines. L’enfant observe les relations de couple de ses parents, interagit avec eux et fait ses premières expériences des règles de vie en société au sein de sa famille,  notamment avec sa fratrie, et plus tard au sein de groupes de référence à l’école et à l’université. Ces relations vont jouer un rôle important dans le développement de sa personnalité et de sa vision du monde. Elles vont lui offrir de nombreuses opportunités d’interagir, de découvrir les normes sociales, d’expérimenter et d’acquérir ses premières aptitudes relationnelles, notamment au contact de ses pairs dont certains deviendront des amis. L’acquisition de ces compétences sociales se poursuivra en réalité tout au long de sa vie mais sera grandement conditionnée par ses premières interactions sociales.

Ainsi, si le besoin de créer des liens et d’avoir des relations avec ses semblables est naturel et inné chez les humains, les aptitudes et compétences relationnelles indispensables pour construire des relations satisfaisantes ne le sont pas. Elles doivent faire l’objet d’un long apprentissage et être entretenues toute la vie. Chaque individu va donc devoir apprendre à se connaître au contact d’autrui, à prendre conscience de ses besoins, à les exprimer clairement, à respecter les autres, à les écouter et à faire de son mieux pour répondre en partie aux besoins légitimes de ceux avec qui il souhaite maintenir une relation. Dans ce contexte, il devra nécessairement apprendre aussi à devenir autonome, à faire confiance et à se laisser approcher sans se laisser envahir, à mener des échanges constructifs, à gérer et résoudre les conflits sans systématiquement mettre en péril ou rompre la relation. 

Les conflits sont inhérents aux relations et se gèrent

Dans toute relation humaine, il y a inévitablement des conflits. Le conflit fait partie de la relation comme les moments d’harmonie, de bonne entente, de complicité, de coopération, de prise de distance, d’évitement… Ces situations conflictuelles sont « normales » et inévitables car ce que veut l’un n’est pas nécessairement en accord avec ce que veut l’autre. Les circonstances de la vie quotidienne font que parfois deux personnes veulent la même chose au même moment alors que cela est impossible (par exemple un frère et une sœur se disputant pour disposer à la même heure de l’unique salle de bain de la maison …) ; d’autres circonstances feront que deux personnes désireront des choses différentes tout en souhaitant rester ensemble alors que cela n’est pas faisable (par exemple un couple dont l’un des conjoints souhaite aller en vacance ensemble mais dans des pays différents) ; ces situations, bien connues de tous, placent les êtres humains devant des dilemmes cornéliens qui sont sources de conflit car chacun s’oppose à l’autre et tous se trouvent dans un rapport de force qui, pour en sortir, demande des efforts personnels et des compétences relationnelles (capacité à prendre du recul, à faire des concessions, à négocier…)

A ces circonstances conflictuelles, s’ajoute un élément de complexité lié au fait que chaque personne aura tendance à reproduire toute sa vie les styles relationnels qu’elle a vécu et observé dans son enfance. Souvent, ce ne sont pas seulement les styles relationnels qui se reproduisent mais les scénarios familiaux. Dans ce contexte, il peut être utile de consulter un psychologue-psychothérapeute. Le Psy va en effet offrir un cadre sécurisant et proposer un accompagnement adapté à la personne afin de l’aider à prendre conscience par elle-même de l’influence de l’histoire familiale dans la construction de sa personnalité et de ses relations avec les autres. Cette prise de conscience sera le point de départ d’un travail qu’ils feront ensemble pour que la personne puisse développer ses compétences relationnelles et améliorer ses relations avec Autrui.